Invoking Life in Quiescence

The Art of Bruno Logan

Bruno Logan first breathed into an atmosphere of artistic mastery in the year of 1969 in the great city of Paris. Entering into the Derval School of Decoration in 1987 he started learning the tricks of trompe l’œil and experimenting with the techniques used by old masters enthusiastically. Having gained a diploma from the Gobelins School of Paris in 1990, he begun working in several studios producing comic illustrations for television and movies. Finally, the charms of Vermeer and Ingres proved too strong to be ignored any longer and Bruno devoured every minute of his waking hours playing with hyperrealism and trompe l’œil to create successive masterpieces. In 2010 he was awarded the honorary title of ‘Academicien en Degre Superieur’ by the Academy of Beaux Arts in Saint Louis.

Introduction à l’art et à la peinture en particulier est venue tôt dans votre vie. Parlez-nous de vos apprentissages de l’art classique et leurs influences dans vos pratiques artistiques jusqu’à présent.

Né dans une famille de peintres amateur, c’est tout naturellement que j’ai commencé l’apprentissage du dessin et de la peinture dès l’age de 6 ans. Je me souviens de mes premiers cours dans un atelier à paris où je dessinais des portraits à partir de moulage en plâtre. Ces cours de dessin mettaient l’accent sur l’observation, les proportions, le travail en négatif etc. Je pourrai comparer cet apprentissage à du solfège, et même si je trouvais cela assez ennuyant à l’époque, je suis content d’avoir appris ces bases solides de dessin ; Ces techniques me servent encore chaque jour.

Ma passion pour l’art est vraiment née lorsque j’ai commencé mélanger les couleurs, peindre à l’huile m’a tout de suite passionné.

A l’adolescence je me suis orienté vers la bande dessinée et la mise en couleur avec des encres et de l’aquarelle. Pendant une dizaine d’années j’ai beaucoup pratiqué la bande dessinée, et après avoir suivi des cours dans plusieurs écoles d’art, j’ai travaillé dans le milieu du dessin animé lorsque j’avais une vingtaine d’années. Mais la peinture figurative me passionnait toujours et je repris mes pinceaux en 1995 pour ne plus jamais les reposer. Mes toiles de cette époque étaient plutôt classiques, avec le temps mon style a beaucoup évolué et mes œuvres actuelles sont imprégnées d’une lumière particulière, résultat d’une vingtaine d’année de recherche et de travail.

Comment votre intérêt à différentes formes d’art vous ont fait passé de la bande dessinées à la peinture en trompe-l’œil?

Apprendre à dessiner passe par l’observation. Observation des attitudes et des mouvements pour la bande dessinée. Plus tard, c’est en observant les effets lumineux, les reflets et les différentes textures des objets que ma peinture s’est orientée vers le trompe-l’œil. Ce style de peinture très réaliste m’a toujours attiré par sa recherche de la mise en volume des objets et par le traitement des contrastes très marqués. Je vois la peinture en trompe-l’œil comme un jeu : J’empile des objets, et je m’amuse par exemple en reproduisant la déformation et les reflets qu’un simple verre peut produire sur un autre objet. Mais il ne suffit pas de peindre finement pour qu’une œuvre soit réussie, tout a de l’importance et en premier lieu la composition générale du tableau et l’harmonie des couleurs.

Les Origines de Chateau la Tour, Painting by Bruno Logan

Vous avez peint une collection fascinante de nature morte. Il y a t-il un thème que votre cœur affectionne particulièrement?

Comme je l’ai dit précédemment, ce sont les textures des objets, leurs brillances, les reflets et l’interaction des objets entre eux qui m’attire l’œil. Les natures mortes permettent à mon avis un plus grand choix de texture et d’effet différents. Tous l’art réside dans le fait de rendre vivants des objets inanimés. A mon sens, la lumière est un élément primordial, et je prends beaucoup de temps à la mise en lumière de mes compositions avant de les photographier ; c’est là que se joue tout le processus de création avant de passer à la mise en peinture.

Un des thèmes que j’affectionne particulièrement parle de la tour de Babel, j’ai peint plusieurs œuvres autour de ce thème très symbolique. Ce sont souvent des empilements d’objets hétéroclites dans une composition de forme pyramidale.

J’aime aussi peindre des œuvres dans lesquelles j’inclus des toiles de grands maitres de la renaissance comme Léonard de Vinci, et surtout «la fille au turban» de Vermeer.

Vous œuvres d’art sont exposées dans différentes galeries et ornent de nombreuses collections privées. Avez-vous le souvenir particulier d’un projet qui vous a touché particulièrement?

Même si je suis heureux de savoir que bon nombre de mes œuvres ont été acheté par des collectionneurs du monde entier, j’ai du mal à regarder mes œuvres anciennes car j’y vois tous leurs défauts. Seuls les futurs projets que je peindrais prochainement me passionnent. J’ai en tête un grand nombre de projet de toile que je suis impatient de peindre dans un proche futur.

Pensez-vous que les progrès technologiques ont affecté les artistes traditionnels?

Pour moi le plus grand progrès technologique ayant modifié la façon de peindre des artistes traditionnels est la peinture acrylique. La peinture acrylique était d’assez mauvaise qualité dans ses débuts, ce qui lui a valu une mauvaise réputation et une méfiance de l’acheteur d’art contemporain. De nos jours, la peinture acrylique extra-fine (à ne pas confondre avec l’acrylique pour étudiant) est d’une qualité irréprochable tant dans sa tenue dans le temps que dans sa pigmentation. Sa facilité d’emploi et son séchage rapide me laisse penser que bien des artistes classiques l’auraient utilisé s’ils avaient eu cette peinture à leur époque. Pour ma part, j’utilise l’acrylique pour l’ébauche de mes œuvres; ayant appris la peinture à l’huile très jeune, j’aime achever mes tableaux par des glacis à l’huile que je superpose à l’ébauche acrylique.

À bien des égards l’environnement familial et l’endroit où vous avez grandi a du influencer l’artiste en vous. Comment cet artiste a évolué au fil des ans?

Je ne sais vraiment pas si c’est mon environnement familial ou les visites fréquentes au musée du Louvre ou au musée d’Orsay à paris qui m’ont orienté vers ce style de peinture «classique». Le fait de peindre tous les jours a vraiment fait évoluer mes techniques de peintures. Je peins plus rapidement qu’avant, même s’il me faut encore entre 50 et 400 heures de travail suivant les toiles. J’ai restreint progressivement ma palette à une dizaine de couleurs très pures. Mais c’est surtout ma recherche personnelle sur la peinture qui a le plus évoluée : plus jeune j’étais obsédé par le détail et j’essayais de peindre avec la plus grande finesse possible. Aujourd’hui, même si ma peinture reste très fine, ce soucis de détail est passé au second plan; c’est le traitement de lumière qui est devenu mon centre d’intérêt principal. J’attache aussi une plus grande importance à la composition de mes œuvres et à la symbolique.

Tous l’art réside dans le fait de rendre vivants des objets inanimés.
Self Portrait by Bruno Logan
Self Portrait

Bruno Logan prefers…

Je suis passionné par la pratique de la photographie. Je joue de la guitare en amateur. J’aime aussi les paysages sauvages de l’Irlande, et j’adorerai aller visiter la nouvelle zelande,l’island.

J’ai adoré les albums ‘walking dead’ de Robert Kirkman et Charlie Adlard – bandes dessinées qui mettent en avant la psychologie des personnages dans un environnement post-apocalyptique. ‘Akira’ de Katsuhiro Otomo et ‘Echo’ de Terry Moore – sont aussi des œuvres dessinées remarquables.

J’écoute beaucoup de musique en peignant, j’aime : Agnes Obel, Ane brun, Antony & the Johnsons, Lisa Gerrard, Suzanne Vega, Loreena Mckennitt, Thomas Fersen etc.

J’aime beaucoup les films fantastiques comme ‘Inception’, mais je suis fasciné par les films dont l’éclairage rappel la lumière des peintures de la renaissance. Un film comme La Jeune Fille à la perle (Girl with a Pearl Earring) de Peter Webber, en est un très bon exemple.

Find more of his work at http://www.logan-art.com/

Image Courtesy: Bruno Logan